Page en cours

Aller vers le site suivant


"Espèce de formidable chaos rocheux..."

Les Agriates, paradis des pierres et du maquis par excellence. Désert humain, les Agriates "espèce de formidable chaos rocheux..." comme le décrit Pierre Benoit dans son roman ayant pour scène ce site, ou plutôt cet ensemble de sites exceptionnels. Ici la seule route serpente à travers les blocs rocheux et enjambe les torrents par des ponts aux noms évocateurs comme le pont du diable. Elle suit une ancienne voie romaine qui reliait le Nebbiu à la Balagne. Pourtant des hommes, ici, il y en a eut. Les Agriates n'ont pas été désert de tous temps.

Au néolithique on peut supposer d'après les traces abondantes, découvertes un peu partout que les hommes y étaient nombreux. Plus tard ces derniers laissèrent des dolmens, des menhirs. Rome vint y combattre les Korsi, puis s'installa à demeure. Au début du moyen âge il y eut des châteaux. Certaines cartes anciennes mentionnent


On découvre les Agriates en arrivant en Corse par avion, avant d'atterrir à Bastia

même un hypothétique village au bord de mer. Puis les maladies, les barbares, la peur ont fait partir les hommes. Ou bien peut-être les légendes qui ont parfois un fond de vérité peuvent-elles expliquer pourquoi cet abandon. Ainsi la légende de la Biscia qui a pour cadre la plage de l'Ostriconi, du côté de la Balagne. A cette époque deux seigneurs se partageaient cette terre. Ils se vouaient une haine farouche. Ils vidèrent les vallées et les côtes de leurs habitants au cours d'une guerre implacable. Dieu envoya sur terre un immense serpent la biscia qui ne pouvait être tué que si la paix et l'amour revenait sur ces lieux. Les seigneurs continuèrent leurs combats. Le serpent, lui

prélevait tous les jours de nouvelles victimes. En combattant ce monstre l'un des protagonistes fut avalé. Poursuivi par les âmes de ceux qu'il avait contribué à massacrer, il se perdit à l'intérieur de la bête. Il découvrit bientôt une pure jeune fille, prisonnière d'un cristal, tombant éperdument amoureux, et décida d'arrêter cette guerre. Aussitôt le serpent mourut et les deux amants purent ressortir par la bouche qui était devenue une grotte. Dieu ne permit quant à lui jamais le retour des hommes sur cette terre gorgée de sang.


L'anse de Fornali à l'entrée des Agriates

Malgré la décision de Dieu, les hommes revinrent. Ils étaient bergers du Niolu, agriculteurs du Cap ou du Nebbiu. La terre était plus ou moins commune et nourrissait des villages entiers. Elle vivait au rythme des migrations saisonnières, l'hiver les troupeaux, l'été le blé. Pendant ces périodes les gens vivaient dans des abris de pierre sèche les paliaghj et mettaient en valeur les parcelles ou Prese attribuées à leur communauté. Plus sournois que la main de Dieu, le temps, les guerres et les changements de

mode de vie ont de nouveau vidé les Agriates. Le feu a achevé l'oeuvre de désolation, détruisant les oliviers, dernière richesse. Seul l'été, de nouvelles migrations  font revivre les plages de sable clair et les criques de bout du monde. Les sons des moteurs de bateaux et des cris des vacanciers qui viennent chercher ici une nature sauvage et préservée qui manque tant ailleurs résonnent sur les rochers. La plage de Saleccia par exemple est un de ces lieux 




Saleccia où les nouveaux paradis




Robert Mitchum en plein travail à Saleccia

d'accès malaisé, 1heure et demi en voiture par une piste difficile, mais tellement magique. Qui pourrait imaginer quand il regarde le film "Le jour le plus long" qu'ici une partie des scènes de plage se sont tournées. Bref  les Agriates méritent un détour si vous passez vos vacances dans le Nebbiu. Allez sur ses plages en bateau (il existe une navette journalière au départ de St Florent). Et si vous êtes sportifs n'hésitez pas à le découvrir à pied soit par le sentier du bord de mer. Soit par les pistes qui le traversent, dans tous les cas vous en reviendrez conquis.


Localisation des Agriates

La plage du Lodu en été, ici le bateau navette qui vient de St Florent déverse son lot de vacanciers.

Retour haut de page

Aller vers le site suivant